3 jours entiers à pleurer. C’est ce que la perte de mes cheveux a provoqué lors de mon traitement contre le cancer.

Cette épreuve a été très difficile à vivre, d’autant plus que je devais déjà gérer ma stomie digestive. Je ne suis pas de celles qui arborent fièrement leur crâne nu. Ma perruque, que j’avais surnommée Moumoute, m’était indispensable. Je ne suis jamais sortie sans elle. Lorsque j’étais à la maison, je portais un fin bonnet en bambou, même la nuit pendant mon sommeil.
Voilà à quoi je ressemblais avec Moumoute (et un chapeau) :

Pendant l’été, je portais un foulard sous lequel j’avais fixé une frange pour ne pas avoir chaud. Un sacré bricolage ! Ou bien une couronne de cheveux. Si, si ! Cela existe :-).
Maintenant, heureusement que Julie Meunier a lancé Les Franjynes pour un résultat ultra pratique et magnifique !

Pour en savoir plus sur Les Franjynes, cliquer ici  : 

Après la fin des traitements, j’ai gardé ma perruque pendant… 7 mois ! Je ne voulais pas la lâcher tant que j’estimais mes cheveux trop courts. En mars 2017, je me suis décidée à laisser Moumoute dans sa boîte. Voici ma tête à cette époque :

 

En mars 2018, j’ai pensé qu’il était temps de me séparer de Moumoute. Cela faisait un an qu’elle était soigneusement rangée dans sa boîte. La peur de la récidive sur un petit fond de superstition m’avait poussée à la garder.
En poussant ma réflexion jusqu’au bout, j’en suis arrivée à me dire que, si le cancer récidivait, je ne voudrais pas porter Moumoute de nouveau. Une autre perruque ? Une Franjyne ? Je ne sais pas. En tout cas, pas Moumoute.

Je voulais que Moumoute puisse coiffer une autre tête. Sensible au sujet du coût important que peut représenter une perruque pour certaines femmes, j’ai recherché une association qui pourrait offrir Moumoute à une sœur de combat.

Par le biais de la plateforme Je Donne Ma Perruque, j’ai découvert l’association « SOS Féeminité », créée par Anne-Marie LAURENT.
Anne-Marie a eu un cancer du sein en 2013. 6 mois après la fin des traitements, le cancer a récidivé au niveau de la glande parotide. Contre vents et marées, Anne-Marie a suivi ses traitements puis une longue rééducation. Voulant aider les femmes en situation de précarité financière, touchées par le cancer, qui ne peuvent s’offrir une perruque, Anne-Marie a créée son association pour donner des perruques aux femmes qui en auraient besoin.

Pour en savoir plus sur Je Donne Ma Perruque, cliquer ici : 

Pour en savoir plus sur SOS Féeminité, cliquer ici : 

Anne-Marie et moi décidons de déjeuner ensemble début juin 2018 pour la transmission de Moumoute. J’ai passé un excellent moment avec une femme dotée d’un franc-parler décapant qui fait du bien, déterminée et animée par sa volonté d’aider les femmes en situation de précarité.

Je lui ai remis Moumoute avec une certaine émotion.

Bravo Anne-Marie et merci pour ton association ! Bonne continuation Moumoute !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This