Vue extérieure du Château de Laborde.

En juin 2017, je suis partie une semaine à Candé-sur-Beuvron, près de Blois, pour un séjour à la Maison de la Vie.

Ce séjour, organisé au Château de Laborde par l’association Siel Bleu, permet aux personnes en rémission d’un cancer de repartir du bon pied après la maladie.
Au programme : se chouchouter, faire plaisir à ses papilles tout en se faisant du bien, faire bouger son petit corps, tout cela à partager avec les autres participants.

Nous sommes accompagnées par une équipe composée de 2 salariés de Siel Bleu, un chef cuisinier et une “nounou”.
Cette équipe est complétée au cours du séjour par différents intervenants pour les activités : psychothérapeute, praticienne bien-être, professeur de sport, professeur de yoga, photographe, art-thérapeute,…

 

Pendant notre séjour, nous avons reçu la visite de Céline Dufranc, rédactrice en chef « santé » de Rose Magazine accompagnée de Chloé Sharrock, photographe. Les photos qui illustrent mon article sont l’œuvre de Chloé : merci pour ces beaux souvenirs et bravo pour ton talent !
En tant que fans inconditionnelles, les autres participantes et moi étions surexcitées à l’idée d’apparaître dans ce magazine qui nous avait tant apporté pendant les traitements !

Pour découvrir l’article, cliquer ici →

J’ai vécu ce séjour comme une parenthèse de douceur, de rires, de bienveillance, de découvertes, de bien-être et d’émotions. Une très belle aventure humaine !

Repas avec les animateurs et le chef cuisinier

Chaque jour, j’avais l’impression de pouvoir être moi à 100%.
Ce sentiment a été un déclic : “Pourquoi je ne me sens pas moi à 100% dans ma vie de tous les jours?”.

Les réponses que j’ai trouvées :

  • A la Maison de la Vie, je suis comprise lorsque je parle curcuma, microbiote, vitamine D et miam aux fruits.
  • Je prends du temps pour moi : respirer, faire du yoga, écouter mon corps… sans passer pour une illuminée.
  • Avec les filles, je peux me confier sur les peurs et les doutes que je ressens. Je les comprends lorsqu’elles me parlent de leurs coups de blues. Nous nous écoutons lorsque l’une d’entre nous a besoin de se confier sur un moment douloureux.
  • Les mots chimio, chauve, nausée, cancer, PAC, picc line, diep, reconstruction, tumeur, récidive, ne sont plus tabous.
  • A la Maison de la Vie, je n’entends pas : “Oui, mais maintenant, c’est fini, tu es guérie !” “Pourquoi tu ressasses tout ça ?” “Pourquoi tu déprimes, tu as survécu, tout va bien !”.

Atelier de marche nordique

 

Lors de ces 5 jours partagés avec Anne, Agnès, Corinne, Florence, Liliane, Edith, Floriane, Sébastien et Valentin, au contact de tous les intervenants si bienveillants, j’ai réalisé à quel point j’avais besoin d’affirmer mon identité dans son intégrité. J’avais besoin d’assumer toutes les facettes de ma personnalité, même celles qui sont liées au cancer. Ces mêmes facettes qui peuvent effrayer ou mettre mal à l’aise certaines personnes de mon entourage.

Avec le recul, je me rends compte que dans cette Maison de la Vie, au milieu de ce petit village de Candé-sur-Beuvron, les graines de l’Afterk ont été semées.

Pour en savoir plus sur la Maison de la vie, cliquer ici →

 

Une production de l’atelier de photographie avec deux artistes plasticiens

Pin It on Pinterest

Shares
Share This